• Jonathan Dassin

    Vous savez que Joe Dassin est non pas mon idole mais une personnalité musicale que j'aime et respecte énormément.

    Un p'tit coup de blues et je vais sur YouTube regarder, entendre quelques clips de musique ou d'interviews.

    Je dois avouer que lorsque Julien Dassin (le second fils de Joe) a voulu "reprendre le flambeau" , j'ai été déçue par son manque de personnalité et de charisme.

    De Jonathan,pas de nouvelles jusqu'à ce que, lors de recherches de clips musicaux,je suis arrivée sur un morceau de Jonathan Dassin.

                                                ** Jonathan Dassin

    Immédiatement,j'ai été séduite et impressionnée par la force et la personnalité qui se dégageait de ce jeune homme de 33/34 ans.

    Impressionnée aussi par sa ressemblance physique mais aussi vocale avec son papa,et,apparemment comme lui, le sens de la discrétion , une part de timidé , et l'amour du travail bien fait ...et une façon de sourire (quand il sourit -;) .

                                                        ** Jonathan Dassin

    Evidemment j'ai voulu en savoir plus. VOIR PLUS BAS  *****

    En voici un extrait ....

    En 1997, il accompagne à la trompette et au bugle le groupe camerounais Nassara : " Cela a été une expérience motivante. Nous étions comme une grande famille."
    Avec Nassara, Jonathan Dassin élargit ses horizons musicaux et multiplie les concerts.Le groupe fait les premières parties de Manu Dibango, The Wailers, et est la tête d’affiche d’un concert au Bataclan en 1998.

                                               ** Jonathan Dassin

    Parallèlement, Jonathan Dassin commence à écrire des chansons en français.

    L' Afrique lui tient à coeur et c’est d’un bref et violent moment de colère qu’est né "Le Désert" . 

                                    Jonathan Dassin - Le Désert (Clip Officiel)

               

     SITES :  http://www.jonathandassin.com/ 

    http://www.jonathandassin.com/biographie.php#jd

    http://www.facebook.com/jonathandassinpublic/info

     

     **** SUITE ...

    L’univers du premier album de Jonathan Dassin joue sur les contrastes, entre mélodies enjouées et textes désenchantés.

    Sa musique est à la frontière de la soul, du funk et de la variété.

    Musicien autodidacte, il clamait déjà petit qu’il serait pianiste ou chef d’orchestre.

    Il compose à 13 ans ses premières chansons, en anglais, au sein du groupe pop Limelight.
    C’est à cette époque que naît son amour pour la scène.

    En 1997, il accompagne à la trompette et au bugle le groupe afro Nassara : " Cela a été une expérience motivante. Nous étions comme une grande famille."
    Avec Nassara, Jonathan Dassin élargit ses horizons musicaux et multiplie les concerts.

    Le groupe fait les premières parties de Manu Dibango, The Wailers, et est la tête d’affiche d’un concert au Bataclan en 1998.

                                         ** Jonathan Dassin

    Parallèlement, Jonathan Dassin commence à écrire des chansons en français.

    " J’ai beaucoup composé ces dernières années, mais j’ai dû choisir une douzaine de titres, ceux qui figureront sur mon album, le choix fut difficile. Je ne suis pas mécontent d’avoir mis du temps à sortir ce disque, car je sais que maintenant je présente un travail mature."

    Il puise son inspiration dans des moments furtifs qu’il faut attraper au vol, lors de longs voyages à Tahiti et au Maroc.
    C’est d’un bref et violent moment de colère qu’est né «Le Désert», une chanson que l’on ne peut écrire qu’une seule fois dans sa vie.
    Certains des textes de l’album ont été écrits en collaboration avec sa tante, Richelle Dassin.
    Fort de ses multiples rencontres et expériences, Jonathan Dassin propose aujourd’hui un répertoire de chansons originales en français.

                                        

                                                             CLIO

  •                          Paru en ce 18 avril 2013 ; quel beau cadeau d'anniversaire ! 

          


  •     


  •                        Spéciale Jonathan Dassin !

    J'ai reçu ce matin par la poste le premier album CD de Jonathan Dassin.

    Ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais c'est un beau moment !

    A tous points de vue, c'est un album superbement abouti.

    Perfectionnisme ...hé oui ! La majorité des morceaux est signée Jonathan Dassin.

    Une recherche musicale et des rythmes qui allient plusieurs genres de façon harmonieuse mais aussi percutante.

    Jonathan Dassin , dans le titre "Le Désert",  joue d'une percussion (Hang).

    Des textes sur des thèmes très divers chantés par une belle voix de velours.

    Ne pas se voiler la face ...

    Même si les artistes n'aiment pas trop les comparaisons et préfèrent exister en tant qu'artistes à part entière, la voix, à certains moments, rappelle celle de Joe Dassin .Et je pense que Jonathan Dassin ne se formalisera pas de cette comparaison. 

    Pendant que j'écris cet article, j'écoute les morceaux de ce premier album...: un style et une sonorité bien particuliers. 

    En attendant la parution officielle le 12 novembre 2013 ...

    Des liens :   http://www.jonathandassin.com/

                    https://www.facebook.com/jonathandassinpublic?ref=profile

                     http://clio-en-zic.eklablog.com/jonathan-dassin-c21217190

    Et une bonne nouvelle : Jonathan Dassin chantera l'un des morceaux de son premier album lors de l'émission de Patrick Sébastien "Les années bonheur" du 2 novembre prochain, avec l'orchestre de Patrick Sébastien.

     Encore quelques mots à propos de Jonathan Dassin...

    " À 13 ans, il monte son premier groupe « Limelight », avec, à la guitare Philippe Viratelle. Jonathan chante en anglais des textes qu'il écrit avec sa tante Richelle. 

    À 16 ans, il quitte, avant d'avoir son bac, le lycée où il était en Belgique. Il part à Belgrade et découvre les influences slaves et se passionne pour la trompette. 

    S'en suit une année à Tahiti, une période fondatrice de sa vie, dit-il. Les rencontres et les énergies locales lui inspirent beaucoup de mélodies et de textes dont « Pays lointain ». 

    A son retour, grâce à la trompette, il intègre le groupe « Nassara ». Pendant près de 5 années, à leurs côtés, il se familiarise avec le soukouss, le zouk, le reggae, la musique africaine et antillaise. Ils sont souvent sur scène, dont une soirée mémorable en première partie des Wailers. 

    Puis, Jonathan change de décors et d'entourage. Il se remet à chanter seul à Autouillet, auprès de ses tantes Ricky et Julie. Il écrit et compose au piano : « Pays lointains », « Pourquoi faire semblant ». 

    La suite est faite de périodes fastes mais aussi de moments de doute, d'« Idées noires » et de « Désert » une chanson née d'un voyage initiatique au Maroc. 

    Les collaborations se succèdent et le répertoire s'étoffe, Sylvain Inglebert « Ma gueule », Fabrice Colombani « Un autre matin », Michel-Ange Pecci « Quand je serai grand », Ludovic Gaudez et Jeff Lebrun « Ma voisine », Franck Compper « Sans raison » … 

    Jonathan Dassin résume ainsi ce disque: « Ce premier album ne s'intitule pas, c'est un album éponyme. Il ne peut pas s'intituler car ce n'est pas une idée, mais le condensé de cette tranche de vie, avec ses transformations perpétuelles. C'est un peu mon histoire, mais c'est aussi l'histoire de cet album lui-même, l'histoire de ma galère, car malgré ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas plus facile pour moi de présenter mon travail, ma passion ». 

    La route fut longue, mais ce n'est que le début pour JD… comme Jonathan Dassin.

             (Laurent Petitguillaume)   "


  • Grand moment d'émotion pour Jonathan Dassin , ce samedi 2 novembre, sur le plateau de l'émission " Les Années Bonheur " de Patrick Sébastien.

                                                   Jonathan Dassin - Moment d'émotion sur le plateau de P. Sébastien

    Chanter avec un grand orchestre devant des milliers de téléspectateurs, mais surtout devant des vedettes qui ont connu Joe, son papa.

    Et ça s'est très bien passé ! Moi aussi j'étais très émue .

                     Bon vent, Jonathan !